Je suppute que cette inégalité est dûe au mode d’emploi recommandé desdites céréales : en ajoutant du lait au duo, la proportion globale de cacao pur chute inexorablement, rendant à Chocapic le chien ses lettres de noblesse. Mega miam.